RSS
RSS



 
Bienvenue sur le forum
Nous vous souhaitons la bienvenue sur The Golden City, en espérant que le forum vous plaira !
Google Chrome
le forum est optimisé sous Google Chrome
Publicités PRD et Bazzart
N'oubliez pas que vous pouvez gagner des points en postant dans les publicités Bazzart et PRD !

Partagez | 

 Edward Victor Windsor (Thomas Brodie-Sangster)


Aller à la page : 1, 2  Suivant
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

avatar

À SF depuis : 02/09/2017
Messages : 13 Dollars : 23




Edward Victor Windsor
« Oh let me be a part of the narrative »



NOM(S) Windsor, un nom auquel il est impossible d'échapper. Un nom qui ne te ressemble pas et que pourtant tu portes du mieux que tu peux, un nom royal, un nom que tu tentes d'honorer, en vain. PRÉNOM(S) Tu portes deux prénoms princiers : Edward et Victor. Tu n'as pas besoin de chercher loin leur signification, elles sont toutes trouvées si l'on remonte dans ton arbre généalogique. ÂGE 25 ans que tu es né avec une couronne sur la tête, une cuillère en argent dans la bouche. 25 ans que tu tentes de te trouver une place. DATE ET LIEU DE NAISSANCE Tu es né à Londres, évidemment, le 26 mai 1992. NATIONALITÉ Tu es anglais, purement et simplement. Ta nationalité va bien plus loin que le sang qui coule en toi. Tu es la Grande-Bretagne. STATUT CIVIL Officiellement tu es célibataire. Tu fais de ton mieux pour que tout le monde le croit, aussi bien ta famille que les gens dont tu le connais pas le nom. Pourtant tu es en couple depuis un an maintenant, avec ton garde du corps. ORIENTATION SEXUELLE Sans le moindre doute, tu es homosexuel. Il n'y a que les hommes qui peuvent faire battre ton cœur.  MÉTIER Prince, c'est un métier dont tu ne voulais pas vraiment et pourtant tu ne peux pas y échapper. A côté de ça tu es étudiant, pour faire croire au monde que tu fais quelque chose de tes journées. CLASSE SOCIALE Tu es indéniablement aisé, riche, pleins aux as. Tu as trop d'argent pour savoir quoi en faire. CARACTÈRE Passionné + Patient + Sociable + Curieux + Généreux + Doux + Anxieux + Maladroit + Discret + Têtu + Jaloux + Possessif



Tu fais de l’équitation depuis tout petit, tu aimes la relation avec les chevaux, la nature. Tu as l’impression d’être dans ton élément lorsque tu es à cheval et c’est une bonne chose que tes parents aiment cette activité. Ils t’ont toujours poussé à en faire, peut-être pour prouver encore plus que votre famille est ancienne et légitime à être sur le trône. Si pour toi ça ne te donne qu’un sentiment de liberté, eux voient un lien avec les générations passées. • Tu es le second de deux enfants. James, ton frère aîné, a toujours été ton modèle. Tu n’as jamais voulu son rôle d’aîné, la couronne qui lui revient de droit mais tu as toujours admiré son caractère autonome, son charisme naturel. Tu voudrais lui ressembler un peu plus, rentrer parfaitement dans le moule du prince modèle que tu es censé être. Mais tu as beau essayé le plus possible, tu restes Edward, le prince maladroit qui dit toujours ce qu’il ne faut pas dire en public, et qui fait toujours ce qu’il ne faut pas faire devant les caméras. Tu es une calamité en relations publiques, c’est sûrement une bonne chose que cette maladresse attendrisse tes proches plutôt que les énerver. • Tu as toujours été passionné par la littérature. En grandissant, tu as sûrement lu tous les livres du palais sur lesquels tu pouvais mettre ta main. Tu connais les grands classiques anglais sur le bout des doigts et tu pourrais sans trop de mal réciter des monologues shakespeariens par cœur. En réalité tu as toujours cru que c’était ton devoir de connaître la culture de ton pays du mieux que tu pouvais. Tu ne régneras jamais, mais tu peux bien représenter le Royaume-Uni. • Tu n’as jamais réellement compris pourquoi il y avait encore une famille royale et pourquoi tu devais en faire partie. Tu ne l’as jamais voulu, tu n’en as jamais eu envie mais pourtant tu ne l’as jamais remis en cause non plus. Si la plupart des jours tu voudrais ne pas être un prince, tu es fidèle à la monarchie et jamais tu ne souhaiteras sa dissolution. • Tu as toujours été attiré par les États-Unis. Enfant et adolescent, tu y es venu plusieurs fois mais c’était toujours pour des inaugurations ou des réunions politiques dont tu n’avais rien à faire. Aujourd’hui tu es heureux d’être là, de partir sur de nouvelles bases. Pour la première fois tu as la sensation de pouvoir vivre ta vie et pourtant elle est toujours contrôlée par ta famille, de l’autre côté de l’océan. • Tu vis dans le centre ville de San Francisco, dans un grand appartement luxueux. Tu as toujours vécu dans ces conditions et ça ne te semble plus du tout extraordinaire, pourtant tu te doutes que tout le monde n’a pas les mêmes moyens. Ici tu vis avec Blue aussi et ça te change la vie. Partager tous tes moments avec lui, c’est tout ce que tu veux. • En bon anglais, tu te sens toujours le besoin de boire du thé lorsque vient 17H. Même si ce n’est que du thé en gobelet venant du distributeur de boisson à la fac, tu as besoin de ta dose. • Tu ne sais absolument pas ce que tu veux faire de ta vie. Tu ne deviendras pas roi, tu ne le veux pas. Mais tu n’as jamais été formé pour faire autre chose. Tu es le plan B, la solution de secours s’il arrivait quelque chose à ton frère aîné. Et tu détestes ça. Tu n’as aucun contrôle sur ta vie, aucune volonté propre que tu peux mener à termes. Toute ton existence est contrôlée par ta famille et tu es incapable de prendre ta liberté en main. Tu sais que tu pourrais t’éloigner d’eux, parfois tu en meurs d’envie. Mais tu es simplement incapable de réellement désobéir à ta famille.




Golden Gate Bridge
Thomas Brodie-Sangster
AILAHOZ


SF, tu l'aimes ou tu la quittes San Francisco c'est ta cachette, ton havre de paix. Ici personne ne te connaît ou, du moins, on ne te prend pas en photo dès que tu mets un pied dans la rue. C'est tout ce que tu demandes, un peu d'anonymat. Tu veux échapper à un scandale, tu veux que la presse britannique t'oublies. Attendre que le rouge sur tes joues disparaissent enfin. San Francisco tu y resteras jusqu'à ce que le scandale se calme, jusqu'à ce qu'on oubli ton faux pas majestueux.

tell me something i don't know PSEUDO Essy PRÉNOM Sophie ÂGE 20 ans PAYS France INVENTE/SCENARIO Inventé  OÙ AS TU CONNU LE FORUM? Sur Bazzart CRÉDITS AILAHOZ (avatar),  DOUBLE COMPTE ? Non

Revenir en haut Aller en bas

avatar

À SF depuis : 02/09/2017
Messages : 13 Dollars : 23


I know a sad story

I'm eracing myself from the narrative
« Joyeux anniversaire petit prince. » Tu te trouves dans les jardins du château, près des écuries. Tu ne sais pas exactement ce que tu fais là, d’ordinaire tu manges ton gâteau dans un des salons, tu ouvres tes cadeaux dans un autre. Il est rare que tu puisses avoir un moment à l’extérieur le jour de ton anniversaire. Tu as beau être né en mai, la météo britannique ne te laisse souvent pas le choix de tes activités. Pourtant ta mère te prend la main, elle te guide à l’intérieur du bâtiment. Tu l’aimes cet endroit, avec son odeur de foin et sa chaleur humide. En venant ici tu aurais pu deviner ce que tu allais avoir pour ton anniversaire, tu aurais pu t’en douter. Mais alors que tes yeux se posent sur ce nouveau cheval que tu n’avais jamais vu auparavant, tu t’émerveilles. Tu n’en crois pas tes yeux, tu n’arrives pas à croire que cet animal soit vraiment le tien. Et malgré toute la joie que tu ressens, tu sais que quelque chose n’est pas normal. Est ce que tous les enfants de sept ans reçoivent un cheval pour leur anniversaire ? Tu ne crois pas en avoir déjà entendu parler, tu n’as pas l’impression que c’est un rite de passage obligatoire. Tu souries à tes parents, tu les remercies. Tu en profiteras, évidemment. Tu as sept ans maintenant, l’âge de raison il paraît. Tu comptes bien faire de ton mieux pour rendre tes parents fiers de toi, pour être à la hauteur. Et si cela veut dire avoir un nouveau cheval et faire des progrès en équitation, alors tu le feras, sans poser de questions. Parce que tu veux être un bon fils, parce que tu ne réalises pas encore que ce surnom que l’on te donne ce n’est pas seulement un nom attendrissant. Tu ne sais pas encore que tu es un prince ailleurs que dans ton immense maison, tu ne sais pas encore tout ce qu’on attend de toi. Et pourtant, ça te semble déjà insurmontable.

Tu grandis, le monde aussi. Tu prends conscience de qui tu es, de ce que tu es censé faire. Tu apprends toutes ces choses que l’on attend de toi et tu te sens perdu, de plus en plus. Tu ne veux pas de couronne, tu ne veux pas de cuillère en argent ou de plateau doré. Tu veux être toi, simplement. Tu voudrais trouver qui tu es loin du palais, loin des relations internationales et des règles de bienséances. Aimer qui tu veux, faire ce que tu veux, être qui tu veux. Tout ça tu sais bien que c’est impossible, alors tu arrêtes d’y penser. Tu arrêtes de réfléchir à ce que tu voudrais réellement faire, tu arrêtes d’imaginer qui tu pourrais être. Tu es simplement Edward, le prince qui ne fait jamais les bonnes choses. Tu es cette figure publique qui donne tellement, qui aime passionnément. Eddie le généreux, Eddie le maladroit. Face à James le parfait, tu n’es rien, évidemment, et tu ne le seras jamais. Tu essaye, tu fais de ton mieux, tu travailles tellement sur ta façon de parler, sur ta façon d’agir, mais rien ne fonctionne. Tu restes toi, et tu voudrais être à l’aise avec cette idée là, cette idée que tu es bien comme tu es, que tu ne changeras jamais et que ce n’est pas grave. Mais quelque chose te dit que tu pourrais être bien plus, que tu devrais être plus. Il n’y a qu’avec ton garde du corps que tu arrives à être toi, et rien d’autre. Avec lui tu te sens à l’aise, tu peux dire ce que tu veux, être qui tu veux. Tu tombes amoureux de lui, évidemment. Parce qu’il est tout ce que tu n’es pas, parce qu’il a sa vie entre les mains et toute a liberté dont tu peux rêver. Tu tombes trop vite, trop brutalement mais, étonnement, il est là pour te rattraper. Et c’est ce qu’il fait à chaque fois.

« Joyeux anniversaire Edward. » Cette fois c’est un ton cassant qui t’accueille. Tu peux facilement voir la colère sur les traits de ton père, l’inquiétude sur ceux de ta mère. Tu n’es pas très frais ce matin, tu ne te sens pas très bien. Tu es sorti hier soir, évidemment, ce n’est pas tous les jours qu’on a 25 ans. Tu as ris, tu as dansé, tu as bu, peut-être trop. Mais il y a quelque chose de différent dans le ton de tes parents, quelque chose qui te dit que ce n’est pas que à cause de ta mine défaite qu’ils sont dans cet état. James te lance un journal, tu blêmis immédiatement en voyant la une. Il suffit d’une simple photographie pour savoir que ta vie vient de prendre un tournant radical. Tu te tiens debout sur la photo, un sourire aux lèvres, ta main dans celle de quelqu’un d’autre. Ta main dans celle d’un autre homme. On ne peut pas voir son visage sur le journal et tu sais immédiatement que c’est une très bonne chose. Si tes parents connaissaient l’identité de cet homme, tu sais déjà qu’il serait renvoyé du château et de ta vie. Tu n’as pas besoin de tourner les pages pour savoir que le magasine traite essentiellement de toi et de tes aventures de la veille. Tu n’as pas besoin de lever les yeux pour voir la déception dans ceux de tes parents. Tu t’entends déjà dire les phrases auxquelles tu ne crois pas. Ce n’est qu’un ami. C’était pour rire. Rien de tout ça n’est sérieux. On a simplement trop bu, il était tard, on ne savait plus ce qu’on faisait. Mais tu sais que ce n’est pas suffisant, que si tes parents peuvent croire ces mensonges, la presse n’en fera rien. Tu sais déjà que tu vas devoir prendre une décision, que tu vas devoir t’éloigner. Londres est la seule ville que tu aies jamais connu. Toute la vie est ici et pourtant tu vas devoir partir, simplement le temps que tu te fasses oublier. Aucun pays ne peut avoir un prince homosexuel, tu le sais malheureusement trop bien. Encore une fois tu es soulagé de ne pas être l’héritier du pays, soulagé que James soit là. Il ne soutient pas ta décision de partir, mais tu as la sensation de ne pas avoir d’autre choix. Pour toi ce sera San Francisco, le temps que les choses se calment. Quelques mois ? Un an ? Plus longtemps encore ? Tu ne sais pas, tu ne t’en inquiète pas. Tu auras Blue avec toi et ça, c’est absolument la seule chose qui compte.

Alors tu t’envoles, avec l’homme de ta vie. Tu t’envoles loin de ce pays auquel tu dois tout, ce pays qui te défini tellement au plus profond de toi. Tu n’es qu’humain, et tu ne veux pas être plus, mais parfois il est dur de ne pas se perdre dans toutes ces responsabilités qui sont les tiennes. Tu l’aimes ce pays, tu ferais tout pour lui, et tu sais que tu y reviendras. Ce n’est pas un adieu définitif, juste des vacances. Tu ne sais pas comment tu ferais sans Blue. Sans lui dans ta vie tu n’aurais sans doute pas à partir, mais tu ne l’échangerais pour rien au monde. Tu l’aimes ton garde du corps, peut-être encore plus que l’Angleterre. Tu l’aimes mais en silence. Tu le touches dans le noir, tu l’embrasses en privé. Aux yeux du monde il n’existe pas, aux yeux du monde tu es un homme à prendre. Pourtant ton cœur lui appartient tout entier et tu pensais avoir un choix dans toute cette histoire, tu aurais crier depuis longtemps votre relation sur tous les toits. Et pourtant il s’éloigne. C’était vous deux contre le monde entier, vous deux contre une nation entière, contre un pays dont vous ne connaissiez rien. Mais il a oublié cette règle, il a oublié à quel jeu vous étiez en train de jouer. Et ça te fait mal, tellement mal. Tu pensais qu’avec ce nom de famille que tu traînes partout et ce titre qui te colle à la peau, tu pourrais au moins avoir une bonne assurance contre la douleur. Les princes ne devraient pas souffrir, ils ne devraient pas avoir mal. Comment sont-ils censés régner avec un cœur fissuré ? Tu ne sais pas ce que tu peux faire pour le retenir, pour le garder dans tes bras. Tu ne sais pas comment tu pourrais te lever un autre matin s’il ne se réveille pas près de toi. Tu ne sais pas comment être toi s’il n’est pas à tes côtés. Il n’y a pas d’Edward sans Blue, tout simplement. Mais qui est Edward ? Peut-être qu’elle est là, la vraie question.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar

À SF depuis : 26/08/2017
Messages : 37 Dollars : 36


clique
bienvenue avec ces choix parfaits, le personnage a l'air cool I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

À SF depuis : 23/08/2017
Messages : 43 Dollars : 51


@Edward V. Windsor NEEEEEEEEEEEEEEEEEEEWT Oups pardon, je fanboy Arrow
Bienvenue sur GC et amuse toi bien parmi nous
Revenir en haut Aller en bas

avatar

À SF depuis : 27/08/2017
Messages : 65 Dollars : 38


Thomas
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

avatar

À SF depuis : 02/09/2017
Messages : 8 Dollars : 8


Je pose ma marque parce que A MOI pas toucher :3
Revenir en haut Aller en bas

avatar

À SF depuis : 02/09/2017
Messages : 13 Dollars : 23


@Deirdre Haughey Oh la belle Sophie Merci beaucoup pour ton message !

@S. Pelleas Saberhagen Tu peux fanboyer autant que tu veux ici, j'accepte toute bave provenant de beau garçon Merci beaucoup

@Nala A. Reynolds Holland J'aime tellement ton pseudo en plus, il me ramène dans la savane Merci pour ton accueil !

@Blue Williams Viens protéger mon corps, il en a besoin
Revenir en haut Aller en bas

avatar

À SF depuis : 28/08/2017
Messages : 106 Dollars : 140


Bienvenue parmi nous ! J'aime beaucoup la future relation de votre couple, hâte de vous voir en rp' héhé. Courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

À SF depuis : 23/08/2017
Messages : 185 Dollars : 112


thomas
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 Edward Victor Windsor (Thomas Brodie-Sangster)
Aller à la page : 1, 2  Suivant





» Edward Victor Windsor (Thomas Brodie-Sangster)» (M/LIBRE) THOMAS BRODIE-SANGSTER.» (H) Newt Warrens - Thomas Brodie-Sangster» [M] ▲ THOMAS BRODIE-SANGSTER - Ur so gay, but I love you» (M) THOMAS BRODIE-SANGSTER – HUMAIN (CHASSEUR )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum